26 mars 2010

Et personne n'y peut rien

Je ne sais ce qu'il y a de mieux, me souvenir de mes rêves ou ne même pas savoir si j'ai rêvé tellement j'ai mal dormi. Passer des nuits à regarder l'heure plusieurs fois parce que le sommeil me fuit ne peut avoir pour conséquences que de m'épuiser et me laisser tout le temps de gamberger, que mes pensées s'entrechoquent sans parvenir à sortir du schéma dans lequel elles s'enlisent depuis des semaines.

Mes rêves me hantent la nuit comme le jour. J'aurais voulu qu'elle ne vienne pas envahir mon sommeil, j'aurais pu continuer à la considérer pour ce qu'elle est et non pas pour ce que mon inconscient lui fait tenir comme rôle. Elle ne te ressemble pas, elle est même à l'opposé de ce que tu étais. Comment se fait-il que se soit via elle que tout ce qui me lie à toi se manifeste de cette façon, dans ces rêves que je ne raconterai pas ici tant ils me bouleversent, comment cela se peut-il? J'aurais voulu la tenir éloignée de tout cela, de toi, de mes souvenirs, j'aurais voulu qu'elle ne sache rien, que les choses ne prennent pas un tour personnel, mais cela n'a pas été possible. Pour éviter que cela ne soit pire encore, j'ai pris la décision de tout lui dire. Adopter envers elle une attitude de fuite, évitant de la regarder alors que nous passons un temps considérable ensemble chaque semaine, aurait éveillé ses soupçons et aurait mené à ce qu'elle me pose des questions auxquelles j'aurais bien été obligée de répondre. J'ai préféré prendre les devants et mettre les choses au clair le plus rapidement possible.

Je sais que j'ai eu raison, même si je ne connais pas encore la portée finale de tout ceci. Est-ce que tout cela va se terminer par une souffrance additionnelle, qu'il faudra gérer comme le reste? Ou, à contrario, est-ce que cela va me permettre d'enfin transcender cette douleur avec laquelle je vis depuis que tu n'es plus là? Ou est-ce que ce ne sera ni l'une ni l'autre, mais autre chose à quoi je n'aurais pas pensé? Je l'ignore. Cela ne me fait pas peur, même si cela m'obsède. J'aimerais pourtant penser à autre chose parce que, même si ce n'est pas pour elle en tant qu'elle, elle a quand même envahi ma vie d'une façon à laquelle je ne m'attendais pas du tout et que je n'aurais jamais pu imaginer, mais je n'y parviens pas. Ces rêves ont vraiment chamboulé ma vie. Je n'en mesure pas encore l'impact, mais je sais qu'il ne me sera pas possible de faire comme si de rien n'était ou de revenir en arrière. Les choses sont allées trop loin que pour pouvoir espérer que tout soit comme avant. Voilà l'illustration de la cruauté du temps qui passe et personne n'y peut rien.

22:24 Écrit par The Fool | Commentaires (0)