06 janvier 2010

Le soir est tombé

Le soir est tombé comme un couperet sur mes espoirs, ne laissant dans mon coeur que cette tristesse trop coutumière et ce désir qui n'a pas d'avenir, que de me faire sombrer dans une douleur qui m'engloutira aussi sûrement que le passé, ce cher passé qui n'a cessé d'envahir mon présent, allant jusqu'à lui voler la vedette, ce passé que j'ai chéri tant et tant, que j'en ai oublié de vivre mon présent. Et pourtant, ce désir sauvage et indompté, tout juste tu, à peine contenu, à la lisière d'être au vu et au su de tous, me rappelle que le présent doit être vécu pleinement, même si c'est pleinement dans la douleur, qui, à moins d'une catastrophe d'une inhumaine cruauté, peut difficilement être pire que celle qu'a engendrée le passé.

Comment se détacher du passé pour vivre le présent quand on a toujours considéré le passé comme une balise de sécurité parce que connu et immuable, quoi qu'il puisse arriver? Je n'ai pas trouvé la réponse à cette question et il est évident que je ne pourrai vivre pleinement le présent que si j'y parviens.

23:15 Écrit par The Fool | Commentaires (0)