31 août 2007

Film - "Proof"

"Proof" ("Irréfutable" en français) est un très bon film. Décors simples, peu de personnages, idée originale. Ceci permet aux acteurs de donner la pleine mesure de leur talent et de confirmer tout le bien que je pensais de Gwyneth Paltrow et d'Anthony Hopkins. Quant à Jake Gyllenhaal, il ne fait pas de doute pour moi que si il continue de faire de bons choix de films, il ira très loin. Il a un potentiel énorme.

Pour ce qui est de l'histoire du film, c'est simple, Catherine (Paltrow) vient de perdre son père Robert (Hopkins) qui était un très grand mathématicien, professeur à l'université, qui avait sombré dans la schizophrénie, mais avait eu une année de lucidité quelques années plus tôt. Hal (Gyllenhaal), étudiant en mathématiques auprès de Robert, essaye de trouver dans tout ce que celui-ci a écrit (il y a plus de cent cahiers) une preuve mathématique, d'un théorème ou d'un axiome, peu importe, mais quelque chose de révolutionnaire. Il y a aussi la soeur aînée de Catherine, Claire (Hope Davis), qui veut vendre la maison et emmener Catherine avec elle à New-York. Catherine donne une clef à Hal qui ouvre un tiroir dans lequel il y a ce qu'il cherche, mais ce n'est pas Robert qui l'a écrit, c'est Catherine. Son père, comme on le voit dans les différents flash-backs, semble avoir retrouvé l'énergie qu'il avait étant jeune et paraît avoir les idées claires. Hal et Claire doutent que ce soit Catherine qui ait écrit la preuve, son écriture ressemblant à celle de son père. Dans un flash-back, Robert demande à Catherine de lire son travail à haute voix et ce qu'elle lit est un condensé de l'incohérence qui frappe son père, quelque chose de complètement surréaliste concernant les saisons, septembre, le mois où les bibliothèques sont pleines, le froid, etc. Après avoir passé quelques jours à l'université pour s'assurer qu'il s'agissait bien d'une preuve, Hal revient en disant à Catherine qu'il n'aurait pas dû douter d'elle, que c'est bien elle qui a écrit la preuve. Claire et Catherine partent pour l'aéroport, la maison étant vendue. A l'aéroport, Catherine change d'avis et décide de rester. Elle retrouve Hal à l'université et ils discutent de la preuve.

Ce film n'est pas sans rappeler l'excellent "A beautiful mind" ("Un homme d'exception") avec Russell Crowe, mais il diffère de celui-ci par l'approche qui est faite de la maladie mentale. Dans "A beautiful mind", elle est vue comme un handicap dans la vie de John Nash, tandis que dans "Proof", elle est vue comme ce qui permet au génie de se développer, aussi bien pour le père que pour la fille.

10:18 Écrit par The Fool | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.