04 septembre 2006

Roman - Part 1

Un froid inhabituel sévissait sur Rendorn en cet automne de l'année 11110, annonçant un hiver des plus rudes. La ville, bien que n'étant pas la plus grande ni la plus peuplée, était la capitale d'Ortall, une planète aux confins de la galaxie, en tous points semblable à la Terre, une fois et demi plus volumineuse.

Le Roi Éliatos s’était enfermé dans la bibliothèque du grand palais depuis plusieurs jours. Il avait fait un rêve étrange qui l’avait tiré de son sommeil et depuis, il passait ses journées et même ses nuits à consulter les archives où se trouvaient les ouvrages des temps anciens. Étant plus robuste que n’importe lequel de ses sujets, il ne dormait pour ainsi dire plus depuis que ce songe l’avait arraché au quotidien de sa vie.

Pélij, orphelin recueilli à l’âge de deux ans par le Roi,  vint annoncer à Éliatos  que son frère, le Prince Arianos, l’attendait dans le petit palais. Il connaissait le motif de la visite de son cadet et son coeur se serra à cette idée. Éliatos et Latia, la Reine, mariés depuis huit ans n’avaient toujours pas d’enfant et la loi établie par Drozat le Sage, quatorzième Roi d’Ortall, prévoyait qu’en pareil cas, le trône revenait au premier descendant mâle de la famille, en l’occurrence Arianos et que si d’aventure le Roi et la Reine avaient un fils, celui-ci hériterait du trône à la mort de son oncle et en cas contraire, ce serait le fils aîné du nouveau Roi.

Cette situation peinait Éliatos, non pas parce qu’il voulait rester Roi, mais parce qu’il avait souhaité connaître le bonheur d’être père et que celui-ci lui était refusé par un destin qui se jouait de lui. Arianos et son épouse, la Princesse Donitia, avaient deux fils, Märling et Mirdrek.

Éliatos rejoignit son frère dans le salon du petit palais. Hormis de taille, ils ne se ressemblaient en rien. Arianos avaient de longs cheveux blonds, les yeux d’un bleu très clair et Éliatos avait les cheveux noirs coupés très courts, les yeux verts et comme tous les Rois, il portait une barbe d’un pouce de longueur.

Leurs parents, la Reine Perja et le Roi Lojrid, avaient accueilli la naissance de leur premier fils comme une bénédiction car il était né le jour de la fête du Soleil, ce qui était pour eux le gage d’une destinée extraordinaire. Lorsque leur second fils naquit, dix ans plus tard, ce fut tout le contraire. En naissant le jour de la commémoration de la Bataille des Muets (qui eût lieu lors de la Guerre Unique et qui portait ce nom parce que tous ceux qui en revinrent vivants ne prononcèrent plus jamais la moindre parole), Perja et Lojrid virent là le signe de la malédiction. Ils envoyèrent Arianos vivre chez son oncle, le Prince Lubélio.

En ce 17 novembre de l’année 11110, Éliatos et Arianos fixèrent la date de l’accession au trône au 5 mars de l’année suivante. Il fallait avertir le peuple. Éliatos fit prévenir les organismes de presse qu’une conférence extraordinaire allait être donnée le 24 novembre. Le conseiller personnel du Roi, Zivan, apparut sur tous les écrans de la planète simultanément et annonça que, conformément à la loi instaurée par Drozat le Sage, le Roi et la Reine n’ayant pas d’enfant après huit années de mariage, la couronne revenait de droit au frère cadet du Roi, le Prince Arianos et que la cérémonie d’intronisation aurait lieu 101 jours plus tard.

Éliatos était un Roi très apprécié et la nouvelle attrista la grande majorité de la population, à commencer par tous ceux qui étaient à son service et en particulier Pélij, qui savait que son père adoptif avait toujours rêvé d’avoir un héritier.

Dans l’optique de son départ prochain de Rendorn, le Roi passait tout son temps à la bibliothèque. Zivan assurait l’intendance et ne dérangeait le Roi que si les circonstances l’y obligeaient, de sorte qu’Éliatos avait l’esprit plus libre pour parcourir les nombreux volumes d’archives. Il avait entendu une voix dans son rêve, qui lui disait que de grands bouleversements allaient se produire sur Ortall et qu’il fallait sauver la planète du désastre. Éliatos, persuadé qu’il s’agissait d’un message de la plus haute importance, consultait les prophéties de Sunk, son ancêtre et quarante-troisième Roi, qui avait mis par écrit toutes les visions qu’il avait des temps futurs jusqu’à l’année 12153. Il notait les évènements, les personnes concernées et les dates auxquelles cela devait arriver.

De tout ce qu’avait lu Éliatos jusqu’alors, tout s’était produit exactement comme c’était décrit. Quand il découvrit ce qui allait se passer en 11116, un sourire vint illuminer son visage. Un profond chagrin s’empara ensuite de lui lorsqu’il lut ce qui arriverait en 11207. Il se ressaisit en parcourant la suite. Le millésime 12152 l’étonna à tel point qu’il demanda à Pélij d’aller chercher la Reine, pour qu’elle lise le futur d’Ortall. Elle regarda les documents que son mari lui tendit. Elle ne savait si elle devait se réjouir ou être effrayée. Elle prit les mains d’Éliatos dans les siennes et sut que le destin qui les attendait allait au-delà de leurs propres vies.

10:37 Écrit par The Fool | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.